• Un mardi d'octobre bien particulier...

    Chimalis, tu es cette merveilleuse femme, Ma CYreine, qui ne supporte pas un brin de vulgarité mais bien des ressacs, des déferlantes, ces doux mouvements perpétuels d’une mer remplie de besoins d’Amour.

    Un certain mardi particulier...

    Tu es en déplacement et es dans ta chambre. Je t’écris que je suis arrivé et pour nous blottir encore plus. Nous allumons nos cams… Que tu es radieuse. Ton Bonheur, ton bien-être se lit sur ton visage ensoleillé par la lumière à la tête de lit. Tu es là, sous mes yeux. Je vais t’écrire mes mots. Tu les boiras, t’en imprégnant pour qu’ils deviennent la vidéo de ton mental, défilant sans les apprendre par cœur au plus profond de toi. Tu voulais les garder ouverts pour te délecter de mes mots, pour me regarder te les écrire avec le plaisir que je mets à te les choisir. Puis tu les fermes pour entrer dans ton monde de plaisir d’où tu vas ressortir apaisée.

    Un certain mardi particulier...

    Je te vois t’adonner, mes mots défilent en ta tête, ton corps résonne de leur force puis à un moment tu te contractes… Une jolie mimique de quelques délicieuses secondes se lie sur ton visage illuminé puis tes yeux éclairés s’ouvrent à nouveau… Tu me souris, tu viens de jouir.

    Goûte à ce récit où se mêlent les mots qui te conduisent vers ta jouissance et entends les murmures de ce live, de ce livre, de ces mots, de ces caresses qui t’invitent à jouir.

    Un certain mardi particulier...

    • Je suis heureuse de te voir

    • Tu es un amour et j’aimerais bien être à ta porte pour te rejoindre au chaud. Je passe mes mains réchauffées sous ton tee-shirt qui me montre l’intimité de tes trésors. Je commence à te caresser, à te faire de délicieux bisous irrésistibles dans ton cou, endroit qui te fait aussi fondre. Je fais glisser le drap sur tes cuisses découvrant la beauté de tes jambes que je veux masser…

    • Hummm

    • Je caresse tes cuisses en les massant tout doucement en partant des mollets, remontant sur l’intérieur de tes cuisses, évitant ton abricot, le gardant pour notre dessert. J’effleure ton ventre du bout de mes doigts tel le duvet de la plume de l’oiseau. Ce ventre qui aime tant sentir ma présence haletant de savoir que quand je vais le délaisser, ce sera pour glisser cueillir le fruit de ton intimité. J’aime tellement caresser ainsi, sentir chaque pulsion de ton être en action/réaction. Je me place à genou, jambes de chaque côté de tes cuisses. Tout en continuant mes caresses, je me penche afin que ma bouche gourmande capture sa première cerise,

     

    Un certain mardi particulier...

     

    • ...y tourner ma langue sur son aréole, sentir le téton émerger de sa torpeur, heureux de ne pas être oublié, pendant que ma main gauche roule délicatement l’autre téton d’une caresse que tu connais…
    • J’adore ta caresse...

    • …Tu t’abandonnes inlassablement au plaisir que j’aime tant te prodiguer.

    Un certain mardi particulier...

    • Tu sens mes mains te caresser, affolantes, te donnant la chair de poule. Durant ce temps de délices, ma bouche titille tes tétons sautant de l’un à l’autre. Tu sens que je suis dur sur ta cuisse; cette envie qui monte délicieusement en moi petit à petit, comme pour faire encore plus durer ce plaisir. Mon autre main caresse ton dos. J’alterne mes bisous dans ton cou et les titillements de tes cerises prémices de mon cocktail d’Amour cerise abricot, en préparation pour arroser ta pêche melba. Je te murmure des mots doux qui ouvrent ton fruit le laissant sur le point de couler de son sirop si délicieux…

    • Je te sens sur ma cerise

     

    Un certain mardi particulier...

     

    • …faisant monter en toi le désir de me vouloir en toi. Je pourrais me retourner pour t’offrir mon stylo afin que tu le caresses de tes lèvres pendant que je m’abreuverais de ton abricot heureux de sentir lui aussi qu’il est aimé, jouant à innerver tes sens, repassant autour de cette corbeille de fruit si tentante. Ce fruit si beau qu’on ne peut qu’aimer

    • J’ai envie de toi

    • Je te caresse remontant le long de tes hanches… Tite Puce laisse, toi, aller et donne-toi ton plaisir. Je suis là! Sens mes caresses… Je suis avec toi… Sens ma langue sur ton téton et mes doigts sur ton bourgeon.

     

    Un certain mardi particulier...

    • ...Je te vois. Tu es belle. Laisse-toi aller sans pudeur. Je te veux Amour. Je veux que tu jouisses ici dans cette chambre avec moi. Que c’est beau et bon de t’aimer ainsi. Tu es adorable, oublie la cam et laisse-toi aller. Si tu veux la couper, qu’elle te gêne pour t’isoler dans ton monde, dans une concentration ultime à la recherche de ton plaisir, fais-le. Sache que tu es ravissante dans la quête de ton orgasme que je sens venir, que je provoque en toi. Même si je ne te vois plus, je te ressens et je te veux avec la même force que toi tu vas te donner de tes doigts qui sont devenus les miens. Je suis si heureux de te voir là, savoir que tu as envie de moi. Tu ne peux m’offrir rien de plus beau. Sens mes caresses créer cette vague qui va inonder ton corps comme les rayons de soleil...

     

    Un certain mardi particulier...

     

    • ...font luire la lune qui te regarde. Je te vois te tendre comme sur le banc où tu étais presqu'offerte à ta jouissance. Jouiiiiiiiiiiis Tite Puce ! Laisse libre court à tes pulsions de Bonheur. Tu es belle, la plus belle dans cette recherche de ton absolu. Que j’aime ce cadeau que tu vas m’offrir, ta jouissance avec moi. Amour jouiiiiiiiiis Amour caresse de mes doigts ton sein...

    Un certain mardi particulier... 

    • ...d’une main et ton bourgeon offert dans son écrin béant d’envies, mordille doucement ton téton comme je le mordillerais, va chercher ce plaisir que rien au monde ne peut remplacer.
    • Je t’aime

    • Je sens que tu m’appelles. Je veux te pénétrer. Tu me places en toi. Je me glisse doucement comme on veut effleurer une fleur, avec la même délicatesse. Je suis en toi et mes lents va-et-vient commencent au rythme de ma bouche et ma langue sur une de tes cerises. Moi aussi je t’aimeeeeeeeee et je te veux. Jouiiiiiis Tite puce. Je vais de plus en plus vite, nos bouches se mêlent dans leur ballet torride. Tu te laisses aller Amour. Tes sens sont en fusion et le plaisir, notre plaisir, monte en toi. Je t’écris mes mots comme tu les ressentirais te faisant l’amour. Je te décris notrer acte avec la même passion. Je ne peux écrire et le faire mais toi abandonne-toi. Amour il n’y a rien de plus beau avec moi. Je t’aimeeeeeeeeeeeeeeee. Touche ton cou pour ressentir mes bisousssssssssss, mon souffle sur tes cheveux, les mots qui parviennent à tes oreilles, doux murmures traversant les océans.

     

    Un certain mardi particulier...

     

    • ...Sens mes caresses sur toute ta peau, ne laissant aucune parcelle ne pas être innervée. Tu as bougé et je te vois flou. Tu ne me lis plus. Toutes les images sont ancrées dans ta tête. Tes yeux sont fermés. Tu as quitté mon monde pour le tien où je suis encore plus présent derrière tes rétines. Tu as baissé le rideau de ta pudeur pour me laisser entrer avec moi dans ton intimité d’où tu ressortiras heureuse et apaisée. Je te devine, tu te tends entre les pulpes de mes doigts et les effleurements de nos peaux communiant pour en jouir. Cette scène a dû affoler la bande passante de la liaison comme tu m’affoles. Je bande passante de ma main me caressant, ralentissant mon écriture. Tu me captives, m’emportes dans ton lit. Je vois ton sein dénudé. Qu’il est gracieux. J’en connais le grain telle une dune de sable m’émouvant.

    Un certain mardi particulier...

    • ...Ma main le masse, le pétrit, le porte à ta bouche. Tu te tortilles langoureusement. Je sais que tu ne me lis plus mais je continue à écrire. Je nous relierai une fois seul et détendu sachant que toi aussi tu t’imprégneras à nouveau de mes mots tout t’en te caressant à nouveau, te donnant tes jouissances. Je n’écris jamais en vain. Tu aimes tant les lire et les relire. Je sais que tu vas jouir de mon Amour qui te procure toujours plus d’envies. Tu y arrives plus rapidement et de plus en plus fortement.

     

    Un certain mardi particulier...

     

    • ...Quelques précieuses secondes suffisent à ton Bonheur. Je sais que tu vas avoir un long souffle suivi de délicieux "Oh" d’étonnement laissant libre cours aux spasmes de ton abricot applaudissant à sa propre jouissance, que de douces répliques iront s’affaiblissant telle l’onde naissant de l’explosion de la surface paisible de l’eau sous l’impact violent de l’orgasme...

    Un certain mardi particulier...

    • ...laissant les circonvolutions des ondes cheminer. Parfois ton orgasme revêt l’image d’un ricochet savamment lancé aux ondes dont les impacts des clapotis donnent naissances  aux répliques allant s'estompant ...

    Un certain mardi particulier...

    • ...laissant revenir le calme à la surface de ce lac d’Amour. Calme de cette surface, calme de ta personne laissant l’apaisement te gagner, gagner ce repos si bien mérité de notre Amour partagé.

    Un certain mardi particulier...

    • ...Je ne sais si tu peux me lire ou si tu as perdu le contrôle de tes sens. Je vois la cerise que je ne connais pas au toucher, l’autre la droite. Humm que tu es belle Amour
    • Je t'aime

    • Moi aussi et tu le sais depuis longtemps, je t’aimeeeeeeeeeeeeee tu es adorable. Caresse-toi Amour comme tu le sens. Pense que je suis en toi, sens mon désir écarter tes nymphes pour m’y laisser pénétrer. J’aime tant te caresser. Sur cet écran, tu es désirable ainsi. Je te vois et penche ma tête. JouiiiiiiiiiiiiisTite Puce, laisse-toi aller, tu es radieuse.

     

    Un certain mardi particulier...

     

    • Oui ferme tes jolis yeux et entre dans ton monde où tout est beau. Pense à nous pense que je te voudrais tout de douceur, faire monter ce plaisir au sommet de tes joies. Ouiiiiiiiiiiiiiiiiii Tite Puce, plonge et noie-toi dans le seul océan où l’on ne se noie justement pas, celui du Bonheur, celui de notre amour.

    Un certain mardi particulier...

    ...Sens mes doigts sur ton bourgeon, mon stylo est en toi. Il écrit une nouvelle page de notre Amour. Jouiiiiiiiis My Little Flea. Va chercher ton cadeau sous mes yeux émerveillés de te voir si belle. Que je t’aime Tite puce, que je suis heureux de te donner tant et tant de plaisir. Jouiiiiiiiiis de tout ton être. Tu rayonnes dans cette recherche de l’absolu de ton corps. Amourrrrrrr Je t’aime tu es belle…

    • Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.............

     

    Un certain mardi particulier...

     

    • J’aime tout en toi Tite Puce tu es merveilleuse.

    •  je viens de jouir mon ange… C’est un vrai délice sous les caresses de tes mots…
    • Hummmm que je suis heureux, tu ne peux pas savoir le plaisir que j’ai à te procurer ces joies de tes sens en fusion, de mes mots embrasant ta sphère intime. Tu as joui. Je te vois revenir me regarder. Tu as ton visage si reposé, un souffle d’ange l’a caressé.

    • Moi aussi je suis heureuse avec toi.

    • Tu sais pour un homme qui aime avec son Cœur, savoir que son Amour a de si fortes envies, c’est si merveilleux.

    • J’avais très envie de te voir avec la cam et très envie de toi. En plus je suis où nous nous sommes rencontrés… c’est plus fort et beau.

    • Que tu puisses vouloir et arriver à jouir de ton envie de me sentir en toi, il ne peut y avoir plus beau cadeau.

    • Ouiiiiiiiiii c’est toi le cadeau

    • Cet endroit restera toujours gravé en moi tu sais et nous sommes deux cadeaux. Je suis heureux ce soir de te voir et de t’avoir fait jouir en te regardant comme sur le banc, tu te donnais de si belle façon.

    • Je ne sais pas mais j’ai adoré et je t’adore.

    • Te faire jouir ce soir ainsi avec moi, là, c’est très fort Amour.

    • Oui très fort, plus fort car je te voyais.

    • Oui pour moi aussi et je n’ai pas besoin d’en voir plus car tu suffis ainsi à mon Bonheur. Toutes nos images et vidéos échangées défilent si facilement quand on aime, je vis cela avec toi, mon mental est habité de ta présence.

    • Je peux te demander un truc ?

    • Tu me procures un réel grand Bonheur. Oui ?

    • De remettre tout le texte sur notre blog.

    • Oui je le ferai . J'avais d’ailleurs l’intention de te le demander.

    • Je t’aime gros !

    • Ah bon et pas du tout petit ?

    • Idiot…

    • Tu sais je n’ai pas arrêté d’écrire ne sachant si tu lisais sauf quand je t’ai vue t’abandonner mais j’ai continué d’écrire, j'aime tant t’écrire. Je t’aime très très fort.

    • J’ai lu au début mais donc pas tout.

    • Je me doute bien. J’aime ta pudeur. Tu es une femme merveilleuse.

    • Je t’aimeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

    • Tu es tout ce que je recherchais en fait et je suis heureux avec toi.

    • Mitouuuuuu mon ange

    • Bien sûr que ton minou je le voulais mais ce n’est pas que cela qui me fait t’aimer. Dans 5 jours cela fera 21 mois.

    • Je suis heureuse avec toi

    • Je suis heureux aussi avec Toi et mille fois plus si tu sens tout cela toi aussi.

    • Tu es dans le noir ? Oui je te sens proche de moi et plus en moi parfois.

    • Tu sais comme je te le dis souvent tu dois bien voir aujourd’hui ce que cela apporte de se sentir aimée.

    • Je sais et je t’aime pour cela aussi, libre de t’aimer.

    • Tu te renseigneras sur la poste restante. Oui libre de me donner ce dont tu as envie aussi.

    • Ouiiii je tiens à ma feuille d’érable..

    • T'avoir heureuse apporte tellement en retour. Savoir que tu veux jouir en ma compagnie est énorme, te voir apaisée un véritable cadeau.

     Un certain mardi particulier...

    Le lendemain matin, à mon réveil :

    • Pas trop de bonne heure mais nageant dans le Bonheur aussi grâce à Toi. Tu vois quand deux êtres sont en Amour et dans un parfait accord rien ne peut être plus beau que de se savoir aimé (e).

    • Je t’aime mon ange dormeur. Bisousssss

    • Pas facile de gérer ce décalage horaire… Tu dis vrai : Savoir que tu me désires comme je te désire est un suprême cadeau Te voir heureuse hier dans ton lit allant jusqu’à vouloir jouir sans être impudique mais seulement belle à mes yeux fut un délicieux cadeau. Reçois tous les bisoussssssss de mon matin. Tu es encore à l’hôtel ce soir ?

    • J’avais peur de choquer

    • Tu ne peux me choquer quand je te sollicite avec tout mon Amour. Tu ne supportes pas la vulgarité Tite Puce tu supportes MON Amour pour Toi qui est entier.

    • Oui je suis à l’hôtel et mange avec mes collègues

    • Hum alors tu sais ce qui t’attend ! Mes caresses. Tu débordes de besoin d’Amour et je pense savoir t’offrir cela dans notre si belle relation. Je te laisse écouter et sois studieuse lol…

    compteur

    « Entre Québec et France...Feuilles d'Automne »
  • Commentaires

    1
    Dimanche 26 Octobre 2014 à 07:36
    Je te relis. Je nous vois et jouis à nouveau....
    Je n ai pas été studieuse...J'avais un ange dans ma tête et dans mon corps. Hummmm je t'aime à l'infiny.
    Ils sont terribles tes mots à chaque fois que je les relis, je fonds, j'ai envie.
    Notre passion est encore plus forte et sublimée par notre éloignement. L'amour physique entre deux être se conclue avec la pénétration de l'homme dans la femme. Mais entre nous, c'est plus fort que cela. Quand je jouis, tu n'es pas seulement dans mon vagin. Mais ton âme et ton désir sont en moi, tu es entièrement en moi, un double indissociable et quand j'explose, tu exploses aussi avec moi de l'intérieur, c'est très fort. Certaines personnes ici comprendront ce lien qui nous unit. Cet amour puissant et éternel.
    2
    Lundi 27 Octobre 2014 à 02:39
    Superbe. Bisous les amoureux, que c'est beau!
    Chloé
    3
    Mardi 28 Octobre 2014 à 02:35
    Coucou,
    La vraie exhibition se suffit d’une seule photo. Votre mental alors se l’approprie. Ensuite vous pouvez vivre ce que vous venez de lire et en jouir. L’amour mental est la propriété de chacun et il ne peut nuire aux êtres proches.
    Tous deux, vous en êtes un exemple.
    Bisous, j’adore.
    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter