• Ode à une femme mal aimée !

     

     

    Ode à une femme malaimée

     

    Elle se croyait aimée pour elle              

    Mais en fait elle subissait tout

    Comme une soumise qui ne pense            

    Que rien d’autre n’existe sous l’ombrelle      

    Alors elle se complet et danse            

    De recevoir ce qu’elle déteste

      

    Ode à une femme malaimée

     

    Puis un beau jour elle se réveille        

    Prends le vit d’un homme à pleine main      

    Comme sa vie veut qu’elle en atteste        

    Elle se prépare pour ses demains        

    Fatiguée de nuits sans sommeil        

    L’avenir ne sera plus fourre-tout.

      

    Ode à une femme malaimée

     

    Elle aspire à donner mais aussi à recevoir

    Fini de ne se détruire que des choses en noir

    Ce n’est pas fuir que de se protéger entière

    Parfois on doit tourner une page particulière

    De ce livre qui apporte la sérénité

    Mal nécessaire, rebondir de cette entité

     

    Ode à une femme malaimée

     

    Que des soleils illuminent ces femmes tant bafouées

    Pour qu’elles délivrent leur Cœur rempli comme des fouées.

    Femmes libres d’aimer vous ne serez jamais imbues

    Ayant souffert il est temps de changer vos buts.

    Penser à soi n’est surtout pas être égoïste

    Quand on comprend et se sait vraiment hédoniste.

     

    Ode à une femme malaimée

    À une femme merveilleuse qui se reconnaîtra. 

     

     

     

    « Honore-là, quel Honneur !Son univers, nu ni vert mais bleu du ciel… »
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter