• Les douze coups de mes nuits

    Les douze coups de mes nuits

     Comme le coucou de la pendule crie sa joie au monde d’antan

     Mes mots crient mon Amour pour Elle, les murmures qu’elle entend

     Chaque jour, elle remonte les poids qui ne sont plus son fardeau

    Mais ceux qui donnent vie au nouveau cours en ses veines de sang chaud

    Elle ne demeure pas loin de la forêt des coucous

    Et mon Cœur est pendu à son cou.

     Les douze coups de mes nuits

    J’aime les douze coups de minuit qui résonnent comme elle dans mes nuits

    Appelant à la couche pour s'aimer sur un lit de mousse

    Allongée, contemplant, abandonnée, l’étoile qui lui est aussi douce 

    Accompagnée de l’astre qui nous réunit et luit 

    Lorsque la porte se referme, je la vois sereine dans son habit de nuit s’endormir  

    Je ne veux faire que le silence pour entendre ses soupirs.

     Les douze coups de mes nuits 

    Elle est dans le chalet qu’elle admire, sa cabane au Canada 

    Où elle aime se reposer afin de vivre de son doigt délicieux

    Une descente en ses nymphes qui la propulsera, apaisée, dans mes yeux, 

    Au domaine de ses aurores boréales de leurs rythmes ondulant  

    Pour offrir ses bouches à langues colorées à la pulpe de mes doigts 

    Que rien ne nous séparera, pas même un océan.

     Les douze coups de mes nuits

     

    « Mon Cœur en cadeau de fête!Arc en (notre) Ciel »
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter