• À Chimalis, cette nuit-là !

    À Chimalis, cette nuit-là !


    Pour toi je me glisse dans tes draps frôle et affole ce corps si beau. Je peins des arabesques avec mes doigts et mon pinceau, joue à écrire sur ta peau des mots que tu dois deviner, joue à touche néné soit avec ma narine qui aspire ton téton tandis que ma langue lèche le mamelon, puis j’intrigue ton autre en le caressant de mes cils, ta peau se pigmente, tressaille. Mon sucre d’orge dit bonjour au joli petit bouton de ton abricot, il lui murmure qu’il veut goûter de ce nectar et soudain tu le prends par la main pour lui montrer ce si beau chemin… Que je t’aime et aime t’écrire

    Chimalis, ma bien aimée


    Minuit, je suis avec elle
    Elle y pense à ce cinq
    Ses malheurs l’en convainquent
    L’Ange triomphe de ses ailes

    Un mot, une douce caresse
    Deux mots, deux suaves caresses
    Des mots, d’exquises caresses
    Elle est ma belle déesse

    J’n’avais qu’une folle hâte
    Te retrouver heureuse
    Et non si malheureuse
    Belle Chimalis tu m’épates

    Ta force voulait t’abandonner
    Tu me dis t’avoir raisonnée
    Chère, tu ne fais que résonner
    En mon corps tout abandonné

    Tes mots sont des caresses
    Je t’appartiens sans cesse
    Je me donne corps et âme
    Je veux que tu te pâmes

    Je me masturbe de joie
    Pense que tu mets ton doigt
    Souhaite ton bel orgasme
    Je suis ton cataplasme

    Tu me rends heureux
    Et que toi je ne veux
    Tu peuples tous mes rêves
    Veux que tu te relèves

    Tu es tout pour moi
    Mets mon cœur en émoi
    Suis-je tout aussi pour toi
    Pour t’aimer sous mon toit

    Yahto, en souvenir de ce jour là

     

    « Source de vieYahto, à la demande de sa compagne, se fait faire l'empreinte de son sexe... »
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter